118 606 : les Five Eyes et leur surveillance impartiale

Rares sont ceux à ne pas avoir eu vent de « l’affaire Snowden ». Que ce soit par la légion d’articles publiés sur lui ou les adaptations audiovisuelles de son histoire, d’abord en documentaire puis en film hollywoodien, le jeune informaticien a révélé au grand jour la surveillance exacerbée de la NSA, l’agence nationale de sécurité américaine, ainsi que de son allié britannique, le GCHQ. Les deux établissements jouissent de moyens colossaux et ne sont pourtant qu’une partie d’une plus grosse entité destinée à nous surveiller : le Five Eyes.

Les cinq yeux du monde savent tout de vous

Composé des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, le Five Eyes, ou « Cinq Yeux », désigne l’alliance des services de renseignements de ces pays. Mise en place pendant la guerre froide afin de surveiller les communications de l’ex-URSS et des pays de l’Est, la coopération a survécu, prétextant le terrorisme afin de continuer à se développer. Jusqu’à finalement devenir ce qu’elle est aujourd’hui : une agence supranationale brassant des milliards de données personnelles chaque jour, au mépris des droits à la vie privée des populations.

Ainsi, la NSA collecte quotidiennement des centaines de millions de messages privés avant de les stocker dans d’immenses bases de données pendant une certaine période. Ses moyens la rendent en outre parfaitement capable de mettre un pays entier sur écoute. Et avec la proche apparition du réseau 5G, et les nouvelles possibilités technologiques qu’il va apporter, on peut se demander où la surveillance des Five Eyes s’arrêtera.

 

Massif et improbe espionnage des télécommunications personnelles par les Five Eyes

Les documents révélés par Edward Snowden nous ont appris beaucoup sur la nature de la surveillance employée par les agences depuis quelques années. Comme la majorité des experts s’y attendaient, celle-ci ne touche pas seulement les états politiquement instables ou dangereux, mais bel et bien le monde tout entier.

Les dossiers montrent par exemple l’espionnage d’Israël, pourtant l’un des proches alliés des pays-espions, celui de chefs d’État, diplomates et hommes d’affaires de plus d’une vingtaine de pays d’Afrique, ou encore comment le GHCQ et la NSA ont rendu possible l’écoute de téléphones portables à bord des avions commerciaux d’Air France.

Si vous vous inquiétez de la sécurité de vos informations personnelles, n’hésitez pas à appeler les opérateurs du 118 606, qui vous fourniront tous les contacts utiles.

Publicités